Le développement des mobilités douces est une priorité de l’action municipale, comme le démontre la seconde phase de réalisation de la zone de rencontre du centre-ville qui va s’achever cette année. L’objectif : limiter la vitesse à 20km/h dans tout le coeur du centre-ville et mettre en place un nouvel ordre de priorité au niveau de la circulation faisant la part belle aux piétons et aux conducteurs de vélos ou de trottinettes. Initiée en 2016, et déja étendue à l’hyper-centre, elle va désormais se déployer à l’ensemble des rues situées entre les boulevards soit sur 3 500m à terme. Rappelons également que 4 500m de voies cyclables ont déjà été réalisés, ce qui constituera environ 9 500m de circulation douce.

Les mobilités douces s’intégrent bien entendu au projet de la voie de liaison des Martines, avec la réalisation de 250m entre l’extrémité nord de la rue Auguste-Merle et la rue Nelson-Mandela. Cette année toujours, une nouvelle tranche de travaux ajoutera 400m de plus entre la rue Auguste-Merle et le rond-point du Pavillon.

Si la volonté de développer des mobilités alternatives se marque particulièrement dans les projets structurants que la municipalité met en place, elle est également présente dans le détail de toutes les réalisations. C’est ainsi que les réfections de trottoirs tentent au maximum d’intégrer cette donnée.

Enfin, l’E-Bike port, inauguré en début d’année au champ de foire s’intègrera parfaitement au dispositif, en permettant aux propriétaires de vélos ou de trottinettes de recharger les batteries de leurs véhicules, les conducteurs de voitures électriques n’étant pas oubliés.