Le potager municipal est dans sa phase expérimentale de production mais c’est avec fierté que le maraîcher, Mathieu Alfonsi et les salariés de l’entreprise d’insertion Aléas qui ont travaillé avec lui pour cette première récolte, ont présenté le résultat de leur labeur. « Tout le monde peut imaginer que nous avons eu un été plutôt compliqué notamment à cause de la canicule mais nous allons encore améliorer notre système d’irrigation. Nous travaillons aussi avec l’UCPA pour bien coordonner notre action » explique le maraîcher.

Courgettes, aubergines, tomates, poivrons, concombres, courges, carottes et bien entendu pommes de terre sont déjà au rendez-vous pour couvrir, comme prévu, 25% la production que le potager réalisera lorsqu’il sera complètement opérationnel. Si des ajustements sont encore nécessaires, les excédents récoltés seront donnés à l’épicerie sociale et solidaire de la communauté de communes ou à des associations caritatives. « Nous savons qu’il nous faudra monter en puissance durant au moins trois ans pour atteindre notre production maximale, c’est-à-dire pour couvrir 80% des besoins en légumes de nos cantines » explique Eliane Croci adjointe au maire chargée des travaux, des bâtiments et de l’aménagement durable. « Ce que nous réalisons ici est d’une importance capitale, nous démontrons qu’un potager en régie municipale peut produire en bio pour fournir en direct les cantines d’une commune. Nous savons que face au désastre écologique nous devons changer de comportement et nous le faisons en profondeur » conclut-elle.