Le papier carton Imprimer


Très présents en Limousin dès le XVIème siècle, les moulins à papiers sont à l’origine de la seconde industrie phare de la région de Saint-Junien : le papier carton. En 1730, on ne compte pourtant que trois papeteries à bras dans le secteur. L’invention de la machine à papier aura raison de ce mode de production et les moulins cessent leurs activités.
A partir de 1850, la papeterie limousine se modernise. En 1860, l’arrondissement compte huit papeteries dont six sur la Vienne et la Glane. Vers 1890 les deux cantons de Saint-Junien en comptent treize. La crise de 1896 en élimine plusieurs.

L’activité papetière connaît un tournant de son histoire en 1898 avec la création de la Société Générale des Papeteries du Limousin. Son siège est à Saint-Junien et elle intègre plusieurs usines à papier de Haute-Vienne puis de Corrèze et de Creuse. En 1905, elle regroupe les trois quarts de la production papetière du Limousin. Elle domine le marché du papier de paille et du carton pour l’ondulé jusqu’aux années trente.
Dans les années soixante-dix, elle concentre ses activités sur l’usine de Saillat-sur-Vienne. Elle est, depuis, gérée par le groupe irlandais Smurfit.
A Saint-Junien, on compte encore aujourd’hui 9 entreprises qui travaillent dans le papier carton. Elles emploient près de 500 salariés. Il faut y ajouter le secteur de l’imprimerie, issu de cette industrie.
Autre héritière directe de ce secteur, la société COFPA du groupe Albany International, fabrique des toiles techniques pour la papeterie et surtout depuis quelques années pour l’industrie des non-tissés. Au printemps 2004 elle ouvre une nouvelle unité de production sur la zone industrielle de Saint-Junien, en remplacement de son site historique des bords de Vienne. Elle emploie 135 salariés.