Cité du gant de peau Imprimer


C’est dans la qualité des eaux de la Vienne et de la Glane, exemptes de calcaire et dans sa situation au cœur d’un important bassin d’élevage que la ville a trouvé les sources de sa vocation industrielle : le travail du cuir.
La tradition fait remonter au XIe ou XIIe siècle la naissance de l’activité gantière à Saint-Junien. Quoi qu’il en soit, dès la fin du XVIIe la ganterie est la principale activité de la ville. Jusqu’au milieu du XXe siècle, mises à part quelques courtes périodes de récession, mégisseries et ganteries ne vont cesser d’accroître leur production et faire de Saint-Junien, la capitale du gant de luxe qu’elle reste aujourd’hui. A la fin des années trente, la ville compte 11 400 habitants et l’industrie du cuir est le plus gros employeur.
La crise économique de la fin du vingtième siècle, la concurrence étrangère et sans doute la mode vestimentaire qui a relégué le gant au rang d’accessoire, ont fait chuter la production. Il ne reste aujourd’hui que deux mégisseries et trois ganteries. Mais les savoir-faire accumulés tout au long des siècles permettent à cette production de garder sa notoriété. Le dynamisme et la créativité des gantiers s’expriment désormais pour la haute couture qui leur assure un débouché prestigieux.

Peaux La table du gantier

Depuis 2004, un comité de pilotage a été mis en place par les services de la Mairie pour mener à bien le travail de réflexion autour de la création de la Cité du cuir et du gant de peau. Un fonds important d'objets, d'archives et de documents audiovisuels, ont été collectées. Un réseau de personnes ressources permettant le recueil de nombreux témoignages d'anciens gantiers, couturières et mégissiers, s’est créé.
Plus de 1600 objets déjà référencés ont permis l'organisation d'expositions sur le thème des métiers du cuir, "Mémoires de peau" en 2005, "Couleur cuir" en 2006. Chacune de ces présentations est ponctuée d'animations et de démonstrations, grâce à l'aimable participation d'anciens professionnels des métiers du cuir.
En novembre 2007 Saint-Junien a rejoint le réseau de valorisation des savoir-faire locaux « Ville et métiers d’art ». Ce label est un outil de promotion et de communication important sur le plan touristique. La commune de Saint-Junien, qui s’est engagée à poursuivre un véritable programme d’actions en faveur des métiers d’art, à organisé 3 éditions des "journées artisanales du cuir". Cette manifestation est désormais remplacée par le salon Les portes du cuir, dans le cadre de la création de l'association éponyme qui regroupe 4 villes souhaitant mettre en valeur les savoir-faire de la filière cuir. Montbron (16), Nontron (24), Saint-Yrieix et Saint-Junien (87) se sont associées avec le Parc Naturel Régional Périgord-Limousin et accueilleront chaque année le salon. Nontron a été la première cette année, Saint-Junien a accueilli le salon en 2014, c'est Montbron (16) qui sera la ville du cuir les 2, 3 et 4 octobre 2015.

Les portes du cuir 2014

Saint-Junien et ses savoir-faire étaient présents au 14ème Salon international du Patrimoine Culturel (2008), rendez-vous annuel des métiers d’art et du Patrimoine, qui se tient au Carrousel du Louvre à Paris. Cette participation contribue à renforcer la notoriété de la cité gantière et assure une dynamique de projets grâce notamment aux contacts qui se sont créés au fil de ces rencontres. Pour preuve, la création de boites à gants, objets précieux et raffinés, par la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment de Limoges, qui ont été présentées en exclusivité lors du Salon international du Patrimoine Culturel à Paris, en 2009.